Soumaïla CISSÉ

Cissé Soumaïla
Nom
Cissé
Prénoms
Soumaïla
Date de naissance
20/12/1949
Lieu de naissance
TOMBOUCTOU
Situation matrimoniale
Marié, 4 enfants
Poste URD
Président

Cursus scolaire

Soumaïla Cissé, homme politique malien, est un des dirigeants africains les plus respectés sur le continent pour sa compétence, sa vision et son amour pour son pays.

Il incarne la nouvelle génération de leaders, à la fois enracinée dans les valeurs africaines et ouverte aux méthodes modernes de gestion des organisations et des communautés. Cette capacité à transcender les contingences culturelles en a fait une force d’équilibre intergénérationnelle dans un Mali riche et fier de son passé d’Empire conquérant, mais confronté, aujourd’hui, aux défis du développement, de la modernisation et de l’emploi des jeunes qui représentent près de 70% de sa population.
Sa méthode qui repose sur l’écoute, l’analyse objective des situations et la proposition de solutions consensuelles a fait le succès de sa notable carrière professionnelle et politique. Une carrière préparée par de brillantes études au Mali, au Sénégal et en France.

COMPÉTENCE ET LEADERSHIP

Fils d’un enseignant « ambitieux pour l’Afrique et exigeant », Soumaïla Cissé mène une scolarité brillante et se distingue très tôt dans les sciences. Après son diplôme universitaire d’études scientifiques de l’Université de Dakar en 1972, il s’inscrit à l’Université de Montpellier où il obtient, quatre ans plus tard, sa Maîtrise en Méthode Informatiques Appliquées à la gestion (MIAGE). En 1977, il est ingénieur en informatique et en gestion et major de sa promotion de l’Institut des Sciences Informatiques de Montpellier. Sa carrière universitaire est couronnée au troisième cycle par un certificat d’aptitude d’administration des entreprises obtenu en 1981 à l’Institut d’Administration des Entreprises de Paris.

Les chasseurs de têtes l’ont déjà repéré et le font entrer successivement chez IBM-France, au Groupe Pechiney-France et au Groupe Thomson-France, avant de finir sa carrière française comme analyste et chef de projet informatique chez AIR INTER-France en 1984. De son expérience de gestion de sociétés françaises, Soumaïla Cissé retient ce qui, de son point de vue, explique les performances des organisations privées et sociétales occidentales : « la méthode, la vision stratégique et le leadership opérationnel des dirigeants ». Il en acquiert la conviction que le développement de l’Afrique repose sur des élites décomplexées qui utilisent les méthodes universelles de gestion des organisations en les adaptant dans un contexte africain où les valeurs socioculturelles sont placées au-dessus des critères de profitabilité et d’efficacité. Conséquent avec lui-même, il fait le pari de retourner travailler au Mali, montrer, par l’exemple, que les fils du continent sont suffisamment outillés pour relever les défis du développement.

VISION ET PATRIOTISME

En 1984, Soumaïla Cissé rentre au pays et intègre la Compagnie Malienne pour le Développement de Textile (CMDT), colonne vertébrale de l’agriculture et de l’économie du pays, comme coordonnateur des projets Mali-Sud. Au contact des paysans, des éleveurs, des artisans et du monde rural, il a appris à gérer la plus grande société nationale, en assurant le développement de la filière coton, principale source de revenus du pays, dans une approche du développement rural intégré.
Il gagne ses galons et devient Directeur des programmes et du contrôle de gestion, puis Directeur Général, par intérim, de la CMDT en 1991.

C’est l’année de l’avènement démocratique. Au mois de mai de la même année, il fonde avec d’éminentes personnalités du pays, l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA). Moins d’un an plus tard, Alpha Oumar Konaré, candidat de l’ADEMA, est élu à la Magistrature suprême du pays. Il amène Soumaïla Cissé, à ces côtés, et le nomme, en 1992, Secrétaire Général de la Présidence de la République pour s’occuper de la gestion des affaires publiques et des grands dossiers de l’État.

RIGUEUR ET CRÉDIBILITÉ

Ministre de Finances de 1993 à 2000, poste auquel s’ajoute la responsabilité du commerce entre 1994 et 1997, Soumaïla Cissé boucle son cycle gouvernemental avec le super ministère de l’Équipement, de l’Aménagement du territoire, de l’environnement et de l’Urbanisme qu’il a dirigé de 2000 à 2002. Pendant dix ans, il sera l’interlocuteur privilégié des partenaires au développement et l’artisan de la relance économique du Mali. Reconnaissant, il dira ceci du Président Alpha Oumar Konaré : « A ses côtés, j’ai mieux appris à servir l’État, à être à la fois promoteur de la croissance économique et du progrès social ».

Après deux mandats, le Président Konaré ne peut, constitutionnellement, se représenter. Son parti, l’ADEMA, organise des primaires, une première en Afrique francophone, pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Soumaïla Cissé, le technocrate visionnaire et respecté, est choisi par les militants. Parmi 24 candidats à l’élection présidentielle d’avril 2002, il arrive second au premier tour avec 21,3% des suffrages contre 28,71% pour Amadou Toumani Touré, qui sera élu au deuxième tour.

ENGAGEMENT POLITIQUE ET DESTIN

De cette expérience électorale qui l’aura fait mieux connaître, Soumaïla Cissé s’est acquis le respect en tant que leader qui prend position, concentre ses énergies sur des dossiers prioritaires pour le Mali et passe à l’action. Aussi, dès 2003, le Président malien le nomme commissaire pour le Mali et le fait élire en janvier 2004 à la Présidence de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), consacrant, ainsi, le mérite et la carrière d’un digne fils du pays.

Parallèlement à ses responsabilités internationales, Soumaïla s’investit plus que jamais en politique malienne. Ainsi, Il crée, en juin 2003, l’Union pour la République et la Démocratie (URD). Six mois après, l’URD participe à ses premières élections municipales, prend le contrôle de plusieurs municipalités et devient la deuxième force politique du Mali, après l’ADEMA. Les élections législatives de 2007 confirment l’assise nationale de l’URD, qui s’empare du tiers des députés de l’Assemblée nationale et conforte sa position de challenger.

Parti, membre, de la mouvance présidentielle, l’URD ne présentera pas de candidat à l’élection présidentielle de 2007.

FIERTÉ NATIONALE ET RECONNAISSANCE INTERNATIONALE

Pendant huit ans, à la tête de l’UEMOA, Soumaïla Cissé a piloté les grands chantiers qui ont fini de faire de l’Union, l’espace régional le plus intégré en Afrique : lutte contre la pauvreté – développement des échanges intracommunautaires – mutualisation des moyens de communication – harmonisation des politiques budgétaires et fiscales – convergence des politiques communes en matière d’agriculture, d’infrastructures et de libre circulation des personnes et des biens.

Mais sa plus grande innovation réside dans la place donnée à la jeunesse dans les programmes de l’UEMOA. Au nombre des réalisations, on peut citer le financement des centres d’excellence, le recrutement de cadres juniors à la Commission, le populaire Tournoi de football de l’UEMOA ou le programme « Talents du Monde » qui consacre la conviction de la Commission de l’Union sur le développement de l’Afrique, qui repose, selon elle, sur l’émergence du secteur privé et la promotion de l’entrepreneuriat, en particulier chez les jeunes.

La crédibilité et le leadership dont Soumaïla Cissé a fait preuve, à la tête de l’Organisation ouest africaine, continuent de rejaillir sur le rayonnement international du Mali. De cette station, il aura étudié les modes de gouvernance des pays de la région, analysé l’environnement régional pour mesurer les avantages comparatifs, réfléchi sur les stratégies et politiques permettant au Mali d’asseoir son positionnement distinctif et de tirer tous les avantages de son ancrage communautaire.

En 2012, Soumaïla Cissé a été choisi par les militants et sympathisants qui l’investissent candidat aux élections présidentielles qui n’auront pas lieu, suite au coup d’état du 22 Mars 2012.

En 2013, suite aux évènements de 2012 et à la crise politico-militaire qui s’en est suivie, les militants et sympathisants l’investissent candidat une fois encore pour les élections présidentielles qui doivent rétablir le processus démocratique au Mali, accompagner la sortie de crise, le retour à la normalité et relever les défis que la Nation doit affronter aujourd’hui.

Finaliste de cette élection présidentielle, battu au second tour par l’actuel Président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, il sera le premier à reconnaître sa défaite en se déplaçant avec sa famille dès le lendemain du scrutin, et bien avant la parution des résultats officiels, au domicile de son adversaire pour le féliciter. Un geste sans précédent dans les annales politiques du Mali, salué par les Maliens et la communauté internationale comme un signe d’élégance et de grande maturité politique.

Soumaïla Cissé se présente aux élections législatives Maliennes en 2013 et est élu haut la main dans la circonscription de Niafunké, dans la région de Tombouctou. Il siège depuis à l’Assemblée Nationale en tant que député et membre du groupe parlementaire d’opposition Vigilance Républicaine et Démocratique.

Depuis mars 2014 il siège également au Parlement Panafricain à Midrand-Johannesbourg, en Afrique du Sud.

En novembre 2014, lors du 3ème Congrès ordinaire de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), il succède à Younoussi Touré à la présidence du parti dont il est l’un des fondateurs.

En juin 2015, il est nommé officiellement par décret Chef de File de l’Opposition Politique au Mali en tant que Président du principal parti d’opposition parlementaire au Mali.

RÉCOMPENSES ET DÉCORATIONS

  • Grand Officier de l’Ordre National du Benin
  • Décoration de l’Ordre de Guinée Bissau
  • Grand Officier de l’Ordre National du Mali
  • Commandeur de l’Ordre National du Mali
  • Commandeur de l’Ordre National du Bénin
  • Officier du Mérite de l’Ordre National du Lion – Sénégal
  • Médaille de reconnaissance de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali

Cursus professionnel

FONCTIONS INTERNATIONALES

  • 2011- 2004 : Président de la Commission de l’UEMOA
  • Gouverneur de la Banque Africaine pour le Développement (BAD) pour le Mali
  • Gouverneur de la Banque Mondiale pour le Mali
  • Gouverneur du Fonds Monétaire International (FMI) pour le Mali
  • Gouverneur de la Banque Islamique pour le développement (BID) pour le Mali
  • Depuis 2014 : Siège au Parlement Panafricain

EXPÉRIENCE GOUVERNEMENTALE

  • 2002-2000 : Ministre de l’Équipement, de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme
  • 2000-1993 : Ministre des Finances et du Commerce
  • 1993-1992 : Secrétaire Général de la Présidence de la République, avec rang de Ministre

FONCTIONS NATIONALES

  • 1992 : Directeur Général de l’Agence de Cessions Immobilières (ACI)
  • 1991 : Directeur général par intérim de la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT)
  • 1990-1986 : Directeur des Programmes et Contrôle de Gestion à la CMDT
  • 1986-1984 : Coordinateur des PROJETS MALI-SUD (I et II) à la CMDT : projets de développement intégré de la zone cotonnière du Mali
  • Depuis 2013 : Député élu dans la Circonscription de Niafunké
  • Depuis 2014 : Président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD)
  • Depuis 2015 : Chef de File de l’Opposition Politique au Mali

EMPLOIS EN FRANCE

  • 1984-1982 : Analyste et chef de projet

Cursus URD

Il crée, en juin 2003, l’Union pour la République et la Démocratie (URD).

Depuis 2014, il en est le président.