MESSAGE DE L’URD : ÉVÉNEMENTS SURVENUS À NAMPALA ET À KIDAL

Source
BEN URD
Date
26 septembre 2016

Mesdames, Messieurs les journalistes et hommes de médias,
Chers camarades de l’URD et de l’opposition,

Merci d’être venus à ce point de presse qui consistera à partager avec vous
les préoccupations de l’URD suite aux graves événements survenus à Nampala et
à Kidal la semaine dernière. Nous avons humblement attendu la fin du deuil
national pour vous convier à cet exercice important.
Je vous prie de bien vouloir observer une minute de silence en la mémoire de
nos vaillants soldats tombés sur le champ de l’honneur.

Mesdames, Messieurs les journalistes,

I- Sur la situation de Nampala :

Le 19 juillet 2016, tôt le matin, le camp militaire de Nampala a été attaqué
par des hommes lourdement armés. Le bilan est lourd: 17 morts, 35 blessés et
des dégâts matériels très importants. L’URD a immédiatement condamné ces
actes, le parti a présenté ses sincères condoléances aux familles des
militaires tombés sur le front et a souhaité un prompt rétablissement aux
blessés. Toute la Nation s’est indignée. Indignée par la barbarie et
l’atrocité des faits, indignée par la communication désastreuse entretenue
autour de cette tragédie par le Gouvernement. Le Président de la République a
réuni un conseil de défense le même jour pour ensuite reconnaître qu’il y a eu
des dysfonctionnements au sein de l’appareil militaire sans aucune précision.
Le Ministre de La Défense déclare avec un sérieux déconcertant le même jour à
la Télévision nationale que « nos forces sont revenues prendre le contrôle du
camp et sécuriser la ville ». Son message a été relayé par son homologue de la
communication, porte parole du Gouvernement sur RFI le lendemain 20 juillet
2016. Au même moment les populations de Nampala étaient abandonnées à elles
mêmes. Aucun renfort pompeusement annoncé par ces deux membres du Gouvernement
n’était présent dans la ville. Le maire de Nampala, entre autre, interrogé par
la presse malienne et internationale dont Jeune Afrique, a démenti
formellement les propos tenus la veille par les deux ministres.
Nous savions que le mensonge d’Etat était le sport favori du régime IBK, mais
de là à vouloir rassurer tout un peuple, après des faits aussi graves
qu’intolérables, par des mensonges grotesques, constitue le pire des mépris
qu’un régime peut avoir envers son peuple. Pourquoi mentir que Nampala a été
sécurisée alors que rien n’en était ? Pourquoi ? Pourquoi ? Si la ville était
réellement sécurisée pourquoi le Président de la République ne s’y est pas
rendu pour célébrer nos vaillants soldats tombés sur le champ de l’honneur ?
Qu’est-ce qui s’est passé réellement ? Qu’est-ce que le Gouvernement cache au
peuple ? Devons-nous continuer à assister désespérément à l’assassinat lâche
et barbare de nos vaillants soldats ? Pourquoi nos forces ne sont pas
suffisamment outillées pour faire face à l’ennemi ? Qu’est-ce qu’on a fait de
la loi de programmation militaire votée à l’unanimité par l’ensemble de nos
députés ? Voilà entre autres des questions auxquelles le Président de la
République doit répondre devant le peuple .

Mesdames,Messieurs
Ce qui s’est passé à Nampala est gravissime et ne saurait être occulté en
aucune manière :Ce sont ceux qui sont chargés de notre défense et de notre
sécurité qui ont été attaqués sur leur base et le peu de matériel emporté ou
détruit, leur camp brûlé devant des populations désemparées !
Alors que dire ? Que faire?
Après chaque attaque contre les positions de notre armée l’URD s’en inquiète
et exige du Gouvernement plus d’efforts pour doter nos forces armées et de
sécurité en équipements adéquats leur permettant d’assurer efficacement la
sécurité des personnes et de leurs biens, sans succès. Je ne me lasserai
jamais de rappeler que les valeurs fondatrices de l’URD sont enracinées dans
son attachement indéfectible à la République, à la Démocratie, à l’état de
droit, à la justice et à l’égalité citoyenne. C’est pourquoi, notre parti ne
cessera jamais de dénoncer les dérives qui menacent dangereusement les
fondements et les valeurs de notre République. Nos voix sont souvent étouffées
par la censure des médias publics mais entendues quand même, grâce à vos
plûmes, vos ondes et grâce à vos courageuses insistances. Un Président et un
Premier ministre d’un pays en crise comme le nôtre, peuvent-ils se permettre
de garder dans une équipe gouvernementale, censée apporter la paix et la
stabilité, des ministres déconnectés de tout sauf du mensonge ? Sous d’autres
cieux les deux ministres, à défaut de se démettre, devaient être purement et
simplement remerciés du gouvernement. Rien ne fit !!! Quel mépris pour le
peuple martyrisé, humilié, trimballé du Mali!!

Mesdames,Messieurs les journalistes,

L’URD a toujours déploré l’attitude défensive du Gouvernement face aux forces
du mal tout en lui demandant de prendre toutes les initiatives en vue
d’éradiquer ce fléau. Mais hélas le constat est toujours amer !
Inutile de vous rappeler que c’est la énième fois que Nampala fait l’objet
d’attaques et nous avons toujours entendu le même refrain:  » les dispositions
ont été prises pour que ce qui s’est passé ne se reproduise plus… »
Malheureusement lesdites dispositions sont restées toujours sans effet.
Cette fois-ci un deuil national de trois jours a été décrété par le
Gouvernement sur instruction du Président de la République. Des hommages
mérités ont été rendus aux disparus le jeudi 21 juillet 2016 à Ségou. Nous
réitérons nos condoléances les plus attristées aux familles des disparus et
nos vœux de prompt rétablissement aux blessés. Au cours de cette cérémonie, le
Président de la République, Chef suprême des armées , a déclaré je cite :
« Jour et nuit, je remue terre et ciel à dire à nos amis que l’arme aérienne
est nécessaire pour notre défense. Nous ne sommes pas fabricants d’armes. Nous
avons besoin de solidarité vraie et non mégotée ». Fin de citation.
A en croire le Président de la République, tout a été fait par certaines
puissances pour empêcher l’équipement des FAMA. «Mais vous serez équipés
inch’Allah. Ou alors notre vie n’aura pas de sens. Notre mission n’est pas de
venir jouir du pouvoir, mais de servir le Mali. Et servir le Mali aujourd’hui,
c’est servir nos forces armées de défense et de sécurité», a rappelé le
Président de la République dans le camp Tièba Traoré de Sikasso en août 2015.
Il a poursuivi en ces termes :  » Dans toute société, le partage du pain n’a
jamais été indifférent, pour vous dire que la vie de chacune et de chacun
d’entre vous m’importe au plus haut degré. Et nous ferons tout pour qu’elle
soit sauve, pour que vous soyez en capacité de défense dans toute circonstance
grâce aux équipements auxquels vous avez droit et dont vous avez besoin. Quand
vous êtes en mission, je ne dors pas « . Se souvient-il de ces déclarations
qu’il a tenues il y a un an à Sikasso ? Qu’en est-il exactement aujourd’hui ?
Avec tout ce qui se passe actuellement sa vie a-t-elle un sens ? Nos forces de
défense étant en mission en permanence, le manque de sommeil l’a-t-il
désorienté ? Où sont les hélicoptères dont l’acquisition avait été annoncée il
y a quelques mois ?
Il est vraiment temps que le Président de la République explique aux Maliens
Pourquoi notre armée ne dispose pas encore d’avions et d’outils adéquats de
combats? Sachant pertinemment que le Président de la République, dès l’entame
de son mandat a pu se procurer très rapidement aux frais du contribuable, un
avion présidentiel sous le vocable « avion de commandement « au prix d’achat
jusque là inconnu du peuple, Qu’est-ce qui empêche le Mali d’acquérir ces
instruments essentiels pour la sécurité de nos forces et de notre pays ? Quels
sont les amis du Mali qui refusent que nos FAMA soient équipées d’armes
aériennes?
Au delà de l’incompétence avérée du Ministre de La Défense, le Président de la
République n’est pas exempt de reproches au manque d’équipements de nos forces
armées. N’oublions jamais, qu’il est le chef suprême des armées ! Il a
l’obligation de s’expliquer et de nous dire la vérité rien que la vérité sur
ce sous- équipement endémique de notre Armée .

II- Sur la situation de Kidal :

Mesdames, Messieurs les journalistes,

Le samedi 16 juillet 2016, dans cette même salle lors de la conférence de
presse organisée par l’opposition, le président de l’URD, l’honorable Soumaila
Cissé déclarait je cite :  » si l’accord pour la paix et la réconciliation issu
du processus d’Alger constituait un vrai et bon remède en l’état, les
autorités maliennes allaient au moins fouler le sol de Kidal ne serait-ce que
pour consacrer la symbolique de la présence de l’état malien sur l’ensemble du
territoire national. » Fin de citation.

Le Dimanche 17 juillet 2016, dans une déclaration faite à Niamey, sous l’égide
du Premier ministre du Niger, la CMA et la Plateforme se sont entendus sur la
gestion bipartite de la ville de Kidal renforçant ainsi l’interdiction faite
au Gouvernement malien de s’immiscer dans les affaires de Kidal, pourtant une
région du Mali.
Quelques jours après, contre toute attente, la vive tension qui existait entre
les deux groupes armés, ayant entraîné la médiation nigérienne, a vite
dégénéré. Des combats violents ont opposé les deux parties les 21 et 22
juillet 2016 à Kidal. Le bilan est lourd. Le Président de la République n’a
pas jugé utile de s’exprimer. Le Gouvernement, à travers son porte-parole, a
produit un communiqué très confus sur l’identité des belligérants dans lequel
il n’a pas cru bon condamner les violences en se contentant tout simplement
d’affirmer  » qu’il suit avec gravité les affrontements… » Et pire, le
Gouvernement poursuit en ses termes : « En conséquence, le Gouvernement de la
République du Mali demande à la CMA et au HCUA de faire preuve de retenue et
d’arrêter les hostilités dans l’intérêt supérieur des populations. » Cette
affirmation prouve à suffisance que le Gouvernement a abandonné la ville de
Kidal car ne sachant même pas que les hostilités ont opposé le GATIA et le
HCUA ( Groupe membre de la CMA ) et non la CMA et le HCUA.
Quel autre message le Gouvernement a voulu lancer au Peuple si ce n’est du
mépris et de la moquerie ? Étant entendu que ces événements injustifiables se
déroulaient au moment où le Président de la République rendait hommage à nos
vaillants soldats qui venaient d’être lâchement abattus à Nampala : en un mot,
au moment où on observait un deuil national de trois jours sur toute l’étendue
du territoire national.

Mesdames, Messieurs les journalistes

Les dérives du pouvoir ont atteint un seuil dangereux mettant à nu
l’incompétence du Gouvernement du Premier ministre Modibo Keita. Nous avons
alerté ! vous avez, avec nous, dénoncé toutes les dérives (corruption-
concussion – gabegie financière-mensonges ) qui caractérisent la gouvernance
actuelle de notre pays.
Nous avons invité en vain le Président de la République, dans l’intérêt de la
Nation, à réviser de manière radicale la gouvernance qu’il a instaurée depuis
son accession au pouvoir. Nous arrivons à la triste conclusion que le
Président de la République et son gouvernement font preuve d’incompétence
patente et avérée. Les scandales et manquements d’une gouvernance vertueuse,
le manque d’équipements de nos forces de défense en plus de la menace de
partition qu’ils font peser sur le pays par leur entêtement à vouloir
appliquer un accord totalement à rebours de la volonté du peuple en
constituent la parfaite illustration. Aujourd’hui le Président de la
République et son Gouvernement doivent reconnaître, pour leur honneur, pour
celui du Mali et pour le bonheur des maliens qu’ils sont dépassés par les
événements et tirer les conséquences de leur incompétence. Ce sera justice.

Je vous remercie