LE GRAND DÉBAT ÉCONOMIQUE : HONORABLE MODY NDIAYE

Source
Facebook Soumaila Cissé
Date
24 octobre 2015

L’Honorable Mody N’Diaye, économiste, était l’invité du « Grand débat
économique » sur le thème « Quelle est la faisabilité pour un pays comme le
Mali de frapper sa propre monnaie ? ». C’était ce samedi 24 octobre 2015 à la
Chambre de Commerce et d’industrie du Mali.

Le Grand débat économique : Quelle est la faisabilité pour un pays comme le
Mali de frapper sa propre monnaie ?

Initiée par l’Association Forum de la Presse en vue de promouvoir la culture
du débat, « Le Grand débat économique » est une émission qui traite deux fois
par mois l’actualité économique du Mali. Pour le quatrième numéro, le thème
retenu était « Quelle est la faisabilité pour un pays comme le Mali de frapper
sa propre monnaie ? ».

Devant un parterre de journalistes et d’invités, l’Honorable Mody N’Diaye,
économiste, et le Pr. Abdoulaye Niang, Directeur du Centre de Recherche et
d’Etudes Stratégiques « Sènè », se sont tour à tour exprimés sur la question.
C’était ce samedi 24 octobre 2015 à la Chambre de Commerce et d’industrie du
Mali.

Après un rappel historique du franc de la Communauté Financière Africaine
(officiellement créé le 26 décembre 1945 sous l’appellation « franc des
Colonies Françaises d’Afrique »), l’Honorable Mody N’Diaye a exposé les
avantages ainsi que les inconvénients du franc CFA pour les pays membres. Il a
ensuite évoqué les relations du franc CFA avec l’euro, monnaie de la France.
L’Honorable Mody N’Diaye affirme que le rattachement du franc CFA à l’euro et
la garantie par la France du franc CFA constituent des obstacles au
développement de nos pays. En effet, l’euro est « une devise extrêmement forte
comparativement au franc CFA ». Les pays de la zone franc ont l’obligation de
déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français. Le
crédit à l’économie des pays membres de la zone franc CFA représente seulement
23% du PIB alors qu’il est de plus de 100 % dans la zone euro. Ce sont les
raisons pour lesquelles les conférenciers du jour recommandaient la rupture du
rattachement du franc CFA à l’euro.
Concernant la possibilité pour le Mali de battre sa propre monnaie,
l’Honorable Mody N’Diaye a rappelé que le Mali avait déjà sa propre monnaie en
1962, le franc malien. Le franc malien avait subi une première dévaluation en
1963 et une dévaluation prononcée en 1967. C’est fort de ce constat que
l’Honorable Mody N’Diaye pense que la souveraineté monétaire du Mali n’est pas
recommandable. L’élu de Barouéli prône plutôt la création d’une monnaie pour
l’ensemble des pays de la zone, eu égard à la globalisation de l’économie et
des échanges.