COMMUNIQUÉ : DÉCLARATION DE L’OPPOSITION SUR LES ÉVÉNEMENTS DE GAO ET DE TABANKORT

Source
Facebook, Soumaïla Cissé
Date
28 janvier 2015

Profondément inquiets de la dégradation de la situation au nord du Mali, en
particulier de la tournure sanglante prise par les événements survenus le 27
janvier à Gao, les présidents des partis politiques de l’opposition, réunis ce
jour 28 janvier 2015 au siège de l’URD :

\- condamnent avec la dernière énergie les violences meurtrières qui ont
endeuillé Gao et tout le Mali,
\- présentent leurs sincères condoléances aux familles et aux populations
éplorées de Gao,
\- forment des vœux ardents de guérison rapide aux blessés,
\- prennent acte du retrait de l’accord contesté,
\- demandent au Gouvernement de veiller à ce qu’une enquête complète et
impartiale fasse toute la lumière et situe toutes les responsabilités. Les
auteurs devront être arrêtés, poursuivis et punis conformément à la loi.
\- lancent un appel au calme sans lequel le processus de résolution de la
crise du Nord risque d’être en péril.

Les partis de l’opposition soulignent la responsabilité particulière du
président de la République et du Gouvernement dans la détérioration de la
situation sécuritaire au Mali.

Au lieu d’initiatives hardies mobilisant tout le pays pour rétablir la
sécurité et relancer le processus politique de résolution de la crise, le
président de la République et le Gouvernement s’enlisent dans l’inaction en
déléguant à d’autres le soin de stabiliser le Mali.

Les attaques sanglantes se multiplient dans tout le pays. Ménaka, Tessalit,
Kidal, Tabankort, Nampala, Tenenkou, Dioura, Douékiré, Goundam.

Du nord du Mali au delta du Niger et à la lisière du Sahel occidental,
l’instabilité se répand, mettant les populations dans l’insécurité et
l’angoisse.

L’attentat contre le général Mohamed Ould Meïdou prouve que Bamako n’est plus
à l’abri des activités terroristes.

L’opposition s’incline devant la mémoire de toutes les victimes de la crise et
exprime aux populations maliennes éprouvées en général, à celles des régions
affectées par l’insécurité en particulier sa solidarité de tous les instants.

Bamako, le 28 janvier 2015.

Pour
L’AFP, les FARE, le FCD, le FDM/MNJ, le PARENA, le PDES, le PIDS, le PVRM-
Fasoko, le PS-Yeelen Kura, le PSP et l’URD,

Le Président de l’URD,
Honorable Soumaïla Cissé